Les secteurs touristiques aux Antilles subissent une grande pression en ces derniers jours. En effet, les nouvelles mesures de lutte contre la crise sanitaires font fuir les touristes. Les acteurs du tourisme se retrouvent donc en grande difficulté.

Les acteurs du monde touristique d’Antilles qualifient cette situation d’injustice

Les vacances débutent dans quelques semaines chez les Franciliens. Ainsi, ces derniers ont déjà réservé pour les régions de Bretagne ou côté d’Azure. La région d’Antilles quant à elle est en confinement total. Les acteurs se demandent le pourquoi d’une telle mesure. En réalité, la saison avait bien commencé entre décembre et janvier. Le secteur avait retrouvé un peu d’espoir après les pertes de l’année écoulée. Durant le temps de fêtes écouler tout c’était bien passé en Guadeloupe et Martinique. De plus, aucun cas positif du virus n’a été détecté jusqu’à ce jour dans ces pays.
C’est toutes ces choses qui poussent les acteurs à dénoncer une injustice. Les autorités du pays prétendent qu’il s’agit juste de mesure de prévention. Ces derniers voudraient toujours garder les habitants loin de ce virus. Pour Didier Arino, depuis la prise de ces mesures le secteur est en chute libre. Par exemple, le nombre de voyages vers les Antilles est passé de 6 vols pleins par jour à 3 vols à moitié vides. C’est une catastrophe sur le plan économique.

Quelles sont les mesures qui affectent tant le tourisme antillais

Les autorités de la Guadeloupe et de Martinique ont mis au point plusieurs mesures anti Covid. Ainsi, avant toute entrée en Martinique ou Guadeloupe chacun doit faire un test de PCR. Ce dernier doit être négatif et en plus de cela, vous serez soumis à un confinement de minimum une semaine. A la sortie de ce confinement, vous êtes dans l’obligation de refaire un nouveau test. Il leur est aussi demandé de justifier d’un placement pour motifs impérieux. Ce dernier est obligatoire pour la Guadeloupe, Saint-Barthélemy, la Martinique et Saint-Martin. Les Antilles étant une région de choix pour les vacances a perdu depuis le 1er février son titre.